CCI Marseille Provence

logo

Zone de croissance pour le développement des entreprises métropolitaines et régionales, porte d’entrée de l’Afrique, la Méditerranée est une priorité pour la CCI Marseille Provence en matière de coopération internationale. Convaincue du potentiel de développement économique de ces territoires, elle soutient la constitution d’une zone économique intégrée Europe-Méditerranée-Afrique et œuvre au renforcement des synergies entre acteurs afin d’instaurer de nouvelles formes de partenariats, de promouvoir les investissements réciproques et favoriser les collaborations entre entreprises des rives nord et sud de la Méditerranée.

Le développement rapide de l’Afrique numérique, la présence active des grands groupes internationaux du secteur et l’émergence de start-up innovantes africaines constituent des opportunités majeures pour les acteurs économiques de la métropole Aix-Marseille-Provence, véritable hub mondial de communication (Marseille est le point de convergence de nombreux réseaux télécoms internationaux).

Dans ce contexte, la CCI Marseille Provence souhaite que cette 10ème édition de la Semaine économique de la Méditerranée dédiée au numérique permette aux entreprises des deux rives de développer de nouveaux partenariats d’affaires.

Jacques Pfister, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence, évoque dans le cadre d’une interview l’importance qu’à la Semaine économique de la Méditerranée pour le territoire local, méditerranéen et africain, favorisant ainsi le développement des entreprises du territoire.

Retrouvez l'interview complète de Jacques Pfister, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence sur : 3 questions à Jacques Pfister

Pour plus d'informations sur la CCI Marseille Provence, allez sur: www.ccimp.com 

Twitter: @CCI_MP

 

Département des Bouches-du-Rhône

Département-Bouches-du-Rhône-web

Faire du numérique « l’or noir de la Provence du XXIème siècle ».

Le 28 janvier dernier, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône et sa présidente Martine Vassal ont présenté « La Provence de demain, ça commence aujourd’hui », un document d’orientation pour les prochaines années.
Ce texte stratégique est le fruit d’un travail de diagnostic et de prospective conduit en commun dès juin 2015 avec tous les acteurs clés du territoire, à commencer par le monde économique. 600 experts, 6000 citoyens ont échangé et convergé autour de forums et d’un site Internet dédié.

Leur constat est unanime : le numérique figure aux tous premiers rangs parmi les atouts qui permettent déjà à la Provence de rayonner et d’attirer talents et investissements de tous les points du globe. Dans la « Provence de demain, ça commence aujourd’hui », sont évoquées dès la première page sur l’état des lieux du département, nos « infrastructures de télécommunications rares en Europe » !

Carrefour mondial

A travers son appui à la candidature d’Aix-Marseille au label French Tech comme au contact du projet TheCamp centré sur la ville connectée du futur et qu’il soutient fermement, le Conseil départemental est un acteur de premier plan dans le soutien aux champions du numérique, « véritable or noir du XXIème siècle » pour reprendre l’expression du Business Angel Patrick Siri, l’un des grands experts qui a participé aux Etats généraux de Provence. Le succès des start-ups provençales au « Consumer electronics Show » de Las Vegas au mois de janvier dernier est venu amplement confirmer cette intuition ! Le Conseil départemental et le Technopôle de l’Arbois, présidé par l’un de nos élus, Jean-Marc Perrin, sont fiers d’avoir activement participé à l’organisation de ce déplacement de prestige.

7 000 entreprises, 8 milliards de chiffre d’affaires, 40 000 emplois dont près de 2000 concentrés sur les contenus, le cœur du métier : la filière pèse déjà lourd dans le développement de notre territoire. Et cela ne fait sans doute que commencer : Marseille est idéalement située pour conforter sa place de carrefour de connexion des données entre l’Afrique, l’Asie, le Moyen Orient et l’Europe. 9 câbles optiques sous-marins y convergent déjà pour se connecter ensuite par voie terrestre aux grands centres européens. Nous voici donc massivement branchés sur les flux mondiaux de données. Et particulièrement attractifs pour les grands opérateurs mondiaux de datas centers, qui concentrent déjà chez nous 15% de leur capacité hexagonale.

Sous l’impulsion de Martine Vassal, le Conseil départemental investit lui aussi massivement pour permettre aux jeunes générations de basculer complètement dans ce nouvel univers et cette nouvelle culture. Dès 2017, une grande partie des collèges des Bouches-du-Rhône sera raccordée au Très Haut Débit. Tous nos jeunes bénéficieront ainsi à plein des pédagogies innovantes et connectées, celles qui préparent dès aujourd’hui la Provence de demain.

Retrouvez l'interview de Patrick Boré,1er Vice-président du Conseil Départemental Délégué aux Relations Internationales et Européennes, Interventions Humanitaires,
Maire de La Ciotat en cliquant ici.

EPA Euroméditerranée

euromediterranee 2

Euroméditerranée,
l’innovation au cœur de la construction du nouveau Marseille

Depuis 20 ans, l’Etablissement Public Euroméditerranée conçoit, développe et construit la ville méditerranéenne durable de demain au cœur de la métropole Aix Marseille Provence.

Née d'une initiative de l'Etat et des collectivités territoriales en 1995, L’Etablissement Public d’Aménagement Euroméditerranée (EPAEM) est une Opération d'Intérêt National qui entend placer Marseille au niveau des plus grandes métropoles européennes.

Avec 480 hectares, Euroméditerranée est la plus grande opération de rénovation urbaine en centre ville d'Europe du Sud. Bénéficiant d’une gouvernance et de financements partagés par l'Etat, la ville de Marseille, la Métropole, la Région Provence Alpes Côte d'Azur et le Conseil Départemental des Bouches du Rhône, l’EPAEM est un outil de développement au service de l’économie métropolitaine.

Chiffres clés (Euroméditerranée et son extension)

  •  480 hectares
  • 16 000 logements neufs
  • + 6000 réhabilitations,
  • 35 000 emplois,
  • 7 milliards d’investissements
  • 1 000 000 m2 d’immobilier d’entreprise,
  • 200 000 m2 de commerces,

Le projet d’aménagement mis en œuvre par Euroméditerranée doit ainsi répondre à une situation urbaine complexe avec les objectifs suivants :

  • Remédier à une situation économique et sociale dégradée au cœur de la deuxième ville de France.
  • Permettre à Marseille de jouer son rôle de pôle d’échange entre l’Europe et la Méditerranée dans le cadre du processus de Barcelone.
  • Etendre le centre-ville vers le nord en opérant une couture urbaine avec les quartiers périphériques.
  • Assurer la mutation de ce secteur dégradé en créant un pôle d’affaires attractif assurant la mixité fonctionnelle sociale, générationnelle et en diversifiant les modes de transport.
  • Traiter l'interface entre la ville et le port.

Depuis 1995, l’opération a permis de générer plus de 8000 logements neufs, d’en réhabiliter 6000, d’attirer 20 000 emplois et plus de 800 entreprises.

Avec un bassin de plus de 37 000 salariés et 5 300 entreprises implantées, Euroméditerranée représente aujourd’hui le 3ème quartier central des affaires au niveau national et concentre 70 % de l’investissement tertiaire à Marseille.

Labélisé EcoCité en 2009, et accompagné par le Programme Investissement d’Avenir, Euroméditerranée, l’Opération d’Intérêt National Euroméditerranée est devenue un territoire incontournable en matière d’innovation et d’application de tous les champs de la ville méditerranéenne de demain.

Ce projet structurant a pour ambition de mener des expérimentations et des démonstrateurs à grande échelle, vitrine du savoir-faire des grands groupes (Eiffage, ENGIE, Bouygues, Orange, ...), PME et start-ups françaises, en s’appuyant notamment sur des partenariats industriels pour faciliter le montage financier de projets démonstrateurs. Euroméditerranée a également la possibilité d’actionner des partenaires financiers de premier plan (BPI France, Caisse des dépôts, ADEME) pour intervenir sous forme de subvention, prêt, ou prise de participation dans le montage de projets exemplaires mais également de lancer des appels à proposition auprès de grands comptes qui investissent sur des opérations innovantes et durables.

A titre d’exemples,

Le lancement du chantier de l’îlot « SMARTSEILLE », co-conçu en partenariat avec EIFFAGE et un consortium d’industriels (EDF, Orange, ...). C’est la première pierre d’un écoquartier plus vaste (l’îlot XXL) au sein d’une ZAC de 700 000m² véritable « FAB LAB » à la grande échelle de la ville durable méditerranéenne.

L’ilot XXL : à l’issue d’un Appel à Manifestation d’Intérêt lancé en juin 2015 Euroméditerranée a désigné le Groupe Bouygues afin d’initier l’aménagement d’un EcoQuartier de plus de 250.000 m2 de plancher pour des bureaux, logements, commerces, services et équipements publics à haut niveau de services.

La boucle de géothermie marine : Deux réseaux de chaleur (froid et chaud) sont actuellement développés par des opérateurs privés. L’un par le groupe Engie sur Euroméditerranée 1, l’autre, par EDF OS pour alimenter l’ilot Allar et ensuite l’ensemble de l’extension.

Med’Innovant, le concours qui mobilise les acteurs de l’urbain et de l’innovation durable dans la construction du nouveau Marseille !
Dans ce contexte, Euroméditerranée s’appuie sur le concours Med’Innovant, conjointement avec son réseau économique, La Cité des Entrepreneurs d’Euroméditerranée, pour repérer, promouvoir et accompagner des porteurs de projets (entreprises, startups, associations, laboratoires, individus, ...) qui souhaitent mener des initiatives innovantes et durables, à travers la création de service ou solution, qui pourront être testés sur le périmètre de l’EcoCité Marseille Euroméditerranée, et plus largement sur le territoire métropolitain.

Ce concours, dont la 5ème édition s’est ouverte le 1er septembre, est sponsorisé par des grands groupes et des acteurs clés de l’innovation (Engie, Bouygues, Orange, Centre National RFID, FIDAL, ...). Il récompensera, le 21 novembre prochain, quatre lauréats qui auront proposé des projets innovants autour des thématiques suivantes : mieux vivre en ville, habitat et environnement, mobilité et sécurité, technologies sans contact (hors paiement) et objets connectés professionnels.

l’EcoCité Marseille Euroméditerranée, une vitrine de l’innovation
et de l’aménagement durable méditerranéen

Laure Agnes Caradec, Présidente d’Euroméditerranée, apporte sa vision sur l’intérêt de renforcer le positionnement de leur structure et des opportunités en termes d’innovation urbain.

Retrouvez l'interview de Laure Agnes Caradec sur: 3 questions à Laure Agnes Caradec

EPA

Métropole Aix-Marseille Provence

logo2

La Métropole Aix-Marseille Provence soutient la Semaine Economique de la Méditerranée depuis sa création en 2006.

Sa volonté est de maintenir un contact privilégié avec les décideurs privés et institutionnels du monde de l’économie en Méditerranée. Les actions en Méditerranée visent à conforter sa place de territoire central de référence dans l’espace méditerranéen.
En effet, Aix-Marseille Provence est la 2ème métropole de France. Adossée au premier port de Méditerranée, connectée à un réseau dense d’infrastructures et de plateformes logistiques,  elle s’affirme comme un centre euro-méditerranéen majeur de décisions et d’échanges de niveau mondial.  Elle appuie son développement sur une économie diversifiée, une base industrielle, des pôles d’excellence en matière d’enseignement supérieur et de recherche et sur ses huit pôles de compétitivité. Territoires privilégiés et innovants,  les technopôles constituent, également, de précieux atouts.
Enfin, avec une attractivité touristique en forte progression, renforcée par une amélioration constante des dessertes et une offre culturelle incomparable, le dynamisme économique de la métropole se voit considérablement conforté.

Le thème de cette 10ème édition, s’inscrit dans l’actualité de notre territoire, avec la confirmation du label french Tech, après les French Tech Weeks et la Smart City qui se développe ici.

Retrouvez l'interview de Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et Vice-Président du Sénatsur: "Trois questions à Jean-Claude Gaudin"

 

Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Action Extérieure des Collectivités Territoriales

MAEDI

La délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales recueille et analyse les informations relatives à l’action extérieure des collectivités territoriales. Elle met en œuvre la stratégie de l’Etat en matière d’appui à la coopération décentralisée et veille à la cohérence entre l’action extérieure de l’Etat et celle des pouvoirs publics locaux. En liaison avec les directions géographiques, elle conseille les collectivités sur leur action extérieure. Elle assure le secrétariat de la Commission nationale de la coopération décentralisée. Elle est chargée de la coordination interministérielle en la matière. Elle suit les évolutions juridiques encadrant l’action extérieure des collectivités territoriales, notamment au sujet de la coopération transfrontalière et au sein de l’Union européenne. Elle conseille les préfets sur le contrôle de légalité. Elle élabore et met en place les programmes de cofinancement de la coopération décentralisée.

Sous l’égide de la Commission Nationale de la Coopération Décentralisée (C.N.C.D), la DAECT définit et met en œuvre la stratégie de soutien et de développement de la coopération décentralisée. Centre de ressources et d’appui aux collectivités territoriales (soutien juridique, services d’information, analyse et conseils auprès des collectivités, cofinancement de projets), elle met en place des outils favorisant la mise en cohérence et la mutualisation de projets (assises bilatérales, portail de la coopération décentralisée, publications). Elle participe au développement et à la promotion de l’expertise des collectivités territoriales dans des domaines variés (culture et patrimoine, eau, déchets, climat, économie, tourisme, jeunesse, développement, etc.).

 

OCEMO

Logo OCEMO 2016 site SEM

Mis en place fin 2011, l’OCEMO a comme objectif de susciter un dialogue constructif entre les différents acteurs économiques de la région et de contribuer au développement de la perspective régionale en centrant sa réflexion, son action et ses projets sur les enjeux d’avenir : la jeunesse, l’emploi et l’entreprenariat.
L’ADN originel de l’OCEMO en fait une institution unique, car la plupart de ses membres sont des réseaux. La vocation de l’Office consiste à rassembler ces acteurs, afin de promouvoir leurs travaux et favoriser leur collaboration en soulignant la complémentarité de leurs missions. L’Office s’appuie sur plus de 180 laboratoires de recherche, 100 écoles ou instituts de formation. Au total l’OCEMO rassemble plus de 550 institutions et représente 100 000 contacts. Il joue un rôle d’animation entre ces différents réseaux et assure l’ingénierie de projets.
L’OCEMO accompagne et met en œuvre des actions favorisant le développement économique et social en Méditerranée. Il donne accès à une filière d’expertise intégrée, de l’analyse stratégique à la mise en œuvre de projets opérationnels. Il est organisé autour de quatre vice-présidences, représentant ses axes d’intervention : la recherche, l’investissement, le capital humain et la formation, les grandes entreprises et les opérateurs stratégiques. Assia Bensalah Alaoui (Ambassadeur Itinérant de SM Mohamed VI, Roi du Maroc), Philippe de Fontaine Vive (premier Vice-président de la Banque Européenne d’Investissement), et Mouïn Hamzé (Secrétaire Général du Centre National de la Recherche Scientifique du Liban) sont les co-présidents de l’Office. Pierre Massis en est le Délégué général.

Région Provence-Alpes-Côte d’Azur 

Région PACA site SEM

 Faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la 1re Smart Région d’Europe

Au moment où la Semaine Economique de la Méditerranée consacre son édition 2016 au thème du Numérique pour une Méditerranée connectée, je veux redire ici ma volonté de faire de Provence-Alpes-Côte d’Azur la première « Smart Région d’Europe ».
Voilà notre ambition. Et à cette fin, nous déclinons une nouvelle stratégie numérique régionale qui s’appuie sur le déploiement du très haut débit sur l’ensemble du territoire et le développement des usages et services numériques.
La Région soutient ainsi les programmes d’actions de PACA THD et du SICTIAM à hauteur de 5,6 millions d’euros en 2016.
Concernant les usages et services innovants, deux dispositifs régionaux ont été d’ores et déjà lancés en 2016 : Living PACA Labs (accompagnement à l’innovation) ainsi que le soutien à l’ouverture et la réutilisation des données publiques.
Par ailleurs le 15 mars 2016, la Région a remporté, avec les collectivités et les entreprises partenaires, l’appel à projets national pour le déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents. Le projet Flexgrid labellisé par l’État ouvre au territoire régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur les portes de plus de 150 millions d’euros d’investissements. C’est une première étape réussie pour bâtir la première Smart Région d’Europe, en collaboration avec les autres collectivités de son territoire. À ce titre, les villes de Marseille, Avignon, Toulon ou encore de Nice – 4e Smart City au monde – sont des partenaires de choix.

Christian Estrosi

Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Retrouvez l'interview de Christian Estrosi, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur sur: "Trois questions à Christian Estrosi".

Ville de Marseille

Ville de Marseille site SEM

Marseille et la filière numérique, en quelques mots

Marseille est à l’avant-garde des usages numériques de proximité destinés à « faciliter la ville ». Elle détient, notamment, le leadership mondial dans le NFC et la sécurité des paiements et des transactions.
La cité phocéenne s’est fortement investie pour développer une politique de formation et d’emploi dans la filière numérique. Elle compte ainsi 40 000 salariés, dans 7 000 entreprises, pour un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros.
La filière numérique joue en outre, un effet de levier sur les autres emplois induits et constitue un facteur d’accélération sur les nouveaux projets structurants du territoire (Pôle média 2…).

Riche d’un maillage d’entreprises dynamiques et innovantes, la Ville de Marseille
accompagne le développement de cette filière en offrant :

  • un environnement favorable à leur implantation et à leur développement ;
  • des outils financiers « facilitateurs »
  • un accompagnement personnalisé.

Aujourd’hui, la métropole marseillaise s’inscrit comme une plateforme, utilisant toutes les formes d’intelligence afin de mettre en relation des énergies pour créer une ville où le bon vivre est mis au service de tous.

Très en pointe, elle bénéficie d’une antériorité d’investissement sur les filières du numérique (sécurité, contenus, sans contact, données et réseaux...). Le numérique constitue l'un des principaux moteurs de l’économie du territoire provençal, grâce notamment à quatre grands pôles émergents et complémentaires : big data, réseaux télécoms et data center, transmédia, marketing digital - intégrant le e-commerce, le e-tourisme et la production de contenus audiovisuels et multimédias. Ces pôles bénéficient, non seulement d’une reconnaissance européenne, mais aussi d’une mise en cohérence au sein de la stratégie régionale de smart spécialisation, notamment avec un domaine d’activité stratégique autour des industries culturelles, touristiques et de contenus.

Une métropole numérique aux atouts diversifiés :

  • forte concentration de compétences complémentaires - logiciels et services,
    microélectronique, production de contenus et transmédia, e- commerce et e-tourisme,
  • 55 % des emplois numériques de PACA, leadership mondial dans le NFC (sans contact) et la sécurité des paiements et des transactions.

Marseille, la ville intelligente de demain

Au cours des dernières années, la ville de Marseille a maintes fois prouvé qu'elle savait évoluer, s'adapter, innover. La métamorphose du centre-ville, la technologie avancée dont elle dispose pour la recherche ou la sécurité de ses habitants (avec l’ouverture du centre de supervision urbain de vidéoprotection),
le prouvent. Avec deux classements exemplaires, Marseille confirme sa position stratégique dans l'économie numérique française :

  • Elle est classée 40ème ville la plus innovante dans le monde, sur 445, selon
    l'OCDE (2013).
  • Elle se place dans le tiercé national de tête en termes “d'insertion dans le réseaudes firmes de services supérieurs aux entreprises”, selon le réseau d'étude sur la mondialisation et les villes mondiales GaWC (2014).

En soutenant la French Tech, la ville de Marseille s’engage dans la révolution numérique au service de la mutation urbaine. Un axe qui constitue l’une des priorités de la métropole marseillaise. Ce sont des enjeux forts, qui nécessitent l'excellence. Pour atteindre cet objectif exigeant, la ville de Marseille a conjugué ses efforts et fédéré toutes les énergies, celles des acteurs publics et celle des acteurs privés
du territoire marseillais. Forte de son aire métropolaine, Marseille tend ainsi à devenir un carrefour d'échanges, d'expérimentations et d'accélérateur de talents pour la zone euroméditerranéenne. Marseille se positionne au carrefour du transport des données numériques entre Europe et Asie.

Les autoroutes de l'information reliant l'Europe au Moyen-Orient et à l'Asie, déployées sur près de 20.000 kms, passent en Méditerranée. Certaines s'arrêtent à Marseille. Après 45 millions d'euros d'investissement, Interxion a ouvert au coeur d'Euroméditerranée, son data center qui bénéficie de 8 câbles sous-marins arrivant à Marseille et sert de noeuds de transit pour 60 fournisseurs de réseaux qui pourront ainsi accéder à de nouveaux marchés. A terme, il proposera 6 200 m2 d'espace équipé pour offrir à ses clients au minimum 6 MW de puissance
électrique.

Retrouvez l'interview de Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, Président de la Métropole Aix-Marseille-Provence et Vice-Président du Sénatsur: "Trois questions à Jean-Claude Gaudin"